Les intérêts négatifs sur les comptes bancaires: explications et recommandations de Yann Constantin de la Banque Cantonale Neuchâteloise

Yann Constantin nous explique la raison des intérêts négatifs sur les comptes des communes et nous donne ses recommandations et ses prévisions.

Yann Constantin

Sous-directeur

Responsable Trésorerie & Négoce

Banque Cantonale Neuchâteloise 

Pourquoi les communes doivent-elles payer des taux d’intérêt négatifs ?

La question de la rémunération des liquidités se pose pour l’ensemble des acteurs économiques de notre pays et pas uniquement pour les communes. Tous les acteurs du marché ont été impactés par la politique monétaire menée par la BNS depuis 2015, politique monétaire destinée à soutenir notre économie et à réduire l’attrait du franc, facteur essentiel pour notre industrie d’exportation. Les emprunteurs ont naturellement bénéficié de conditions de plus en plus attractives pour leurs crédits et leurs hypothèques et les communes en ont aussi profité pour alléger leur charge d’intérêt. De nouveaux acteurs comme les compagnies d’assurances et les caisses de pensions se sont aussi profilés et ont mis à disposition des liquidités bon marché pour les emprunteurs. Pour qu’une banque puisse accomplir sa mission de soutien à l’économie, de banque dépositaire pour les épargnants et de prêteur pour la clientèle, elle se doit de dégager une marge d’intérêt entre le passif et l’actif de son bilan. Il est dès lors tout à fait logique qu’une banque ne puisse aujourd’hui pas prêter à taux négatifs à un client et en même temps rémunérer ce dernier pour les fonds déposés chez elle. Il faut cependant noter qu’une saine gestion des liquidités et une relation étroite avec sa banque permet souvent de trouver des solutions pour que cette question des taux négatifs ne soit pas un problème récurrent.  

Pourquoi les banques ont-elles tendance à baisser les limites sur les comptes des communes ?

Dans le contexte des taux négatifs, la banque tient compte de l’ensemble de la relation et de son historique. Il s’agit de rappeler que les liquidités déposées à la banque sont facturées à – 0,75% par la BNS et que cela représente CHF 7’500.—par année pour un million. Ces éléments doivent être discutés avec le client afin de trouver une solution équitable pour en répartir le coût.  

Que recommandez-vous aux communes qui doivent payer des intérêts négatifs ?

Il s’agit de gérer avec le plus de précision possible les entrées et les sorties de fonds mais cela n’est pas toujours évident. Je recommanderais surtout de prévoir des dates échelonnées pour le décaissement des emprunts à long terme. Un décaissement échelonné permettra de faire correspondre les arrivées de cash sur le compte avec le paiement des factures. Cette approche est particulièrement intéressante lors de grands travaux et permet de ne pas se retrouver avec des sommes trop importantes à disposition sur le compte. Le contexte de taux négatifs ne doit pas non-plus pousser une commune à emprunter si elle n’a pas de réel besoin au risque de payer cet excès momentané de liquidités.

Pensez-vous que cette situation va persister ?

Aujourd’hui, aucun élément ne permet d’entrevoir un changement de paradigme à moyen terme pour le franc suisse. En effet, l’économie mondiale se reprend fortement cette année mais aucune hausse de taux n’est attendue avant fin 2022 aux Etats-Unis. Au vu de leurs faibles niveaux d’inflation, il faudra probablement patienter plus longtemps en Europe et la Suisse sera certainement la dernière à pouvoir normaliser sa politique monétaire. Le contexte de taux négatifs devrait ainsi perdurer encore quelques années.

 

 

 

Pour lutter contre les intérêts négatifs, certaines communes décident de prêter momentanément leur excès de liquidité à d’autres communes sur Loanboox.

Les prêts entre communes – une alternative utile contre les taux négatifs

Les prêts entre communes – une alternative utile contre les taux négatifs

Aktuelle Neuigkeiten zu Loanboox Blog Bild Sparschwein

Jusqu’à présent, il était très courant pour les communes de garder leur capital excédentaire sur leurs comptes bancaires. Mais maintenant que de plus en plus de banques abaissent leur limite d’exonération sur les comptes et que les communes doivent ainsi payer des intérêts négatifs également sur les comptes d’épargne, il est temps de réfléchir à des alternatives. Nous vous en présentons une.

L’époque dans laquelle mettre de l’argent de côté était encore récompensé par des intérêts est révolue. La commune de Zuchwil, dans le canton de Soleure, devait payer 10 000 francs par an pour un avoir d’un million de francs, car des limites lui ont été imposées. Beaucoup trop, a estimé le responsable des finances qui a dû élaborer une nouvelle stratégie pour la gestion des liquidités de sa commune. Zuchwil n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, et les alternatives aux taux d’intérêt négatifs représentent beaucoup de travail pour les communes : (pré-)financement des organismes publics associés, versement anticipé des cotisations de retraite ou des contributions cantonales, ouverture de plusieurs comptes dans différentes banques et gestion de ceux-ci.

Mais il existe un autre moyen d’utiliser judicieusement le capital communal excédentaire pour éviter les intérêts négatifs. Par exemple, en aidant d’autres communes, emprunteurs ou associations de droit public, à financer des projets. En effet, la marge de manœuvre financière est grande.

Sarah Tinguely, responsable de la région Suisse romande, explique comment cela fonctionne concrètement avec Loanboox :

«Les communes qui disposent de liquidités excédentaires peuvent ainsi agir en tant que prêteurs auprès de communes ou d’associations de communes ayant des besoins en financement. Cela se produisait déjà sous une forme similaire lorsque les communes prêtent à leurs organismes associés – par exemple des associations de communes. Pour les communes disposant de liquidités importantes, c’est un bon moyen de «placer» leur capital de manière plus rentable et plus sûre, tout en aidant une autre institution de droit public en Suisse.»

Que doivent faire les communes pour prêter à d’autres emprunteurs publics via Loanboox? Andi Burri, co-fondateur et directeur général de Loanboox Suisse nous explique :

«Les communes qui souhaitent placer leurs liquidités excédentaires auprès d’autres emprunteurs du secteur public via Loanboox à court ou à long terme peuvent s’inscrire directement sur Loanboox ou contacter leur interlocuteur soit par téléphone au 055 220 78 20, soit par email à info@loanboox.ch. Nous savons par expérience que les organismes étroitement liés au droit public, qui ont des structures et besoins connus par les communes, sont des contreparties particulièrement intéressantes.»

Que doivent prendre en compte les communes lorsqu’elles veulent prêter de l’argent à d’autres communes?

 

Grâce à l’expérience que nous avons acquise en traitant plus de 1800 transactions, nous pouvons vous montrer à quel point il est facile d’investir de cette manière et ce que vous devez clarifier au préalable.

Les points les plus importants :

  • Vérifiez le règlement de votre organisation pour savoir si votre commune est autorisée à accorder des prêts à d’autres emprunteurs en vertu du droit public. Dans de nombreuses communes suisses, cela est autorisé dans des conditions cadres claires.
  • Décidez si vous voulez agir de manière indépendante ou si vous voulez utiliser notre service.
  • Avez-vous besoin d’une expertise pour évaluer les risques de crédit des contreparties ? Nous ou nos partenaires seront heureux de vous aider.
  • Profitez de notre évaluation efficace et fondée sur l’expérience des conditions actuelles du marché.

Cela vous semble intéressant ? Contactez-nous, nous discuterons avec vous de toutes les prochaines étapes.

Loanboox dans une interview de SRF: la malédiction et la bénédiction des taux d’intérêt négatifs

Loanboox dans une interview de SRF: la malédiction et la bénédiction des taux d’intérêt négatifs

Negativzinsen werden vor allem für Sparer, die ihr Geld auf dem Konto liegen lassen möchten, immer mehr zu einem Ärgernis. Wer dagegen einen Kredit aufnimmt, profitiert von den historisch niedrigen Zinsen. Was das konkret für Schweizer Gemeinden bedeutet, erklärt Loanboox Schweiz-Geschäftsführer und Co-Gründer Andi Burri im Interview mit dem Schweizerischen Radio und Fernsehen SRF.

Seit der Einführung der Negativzinsen sind die durchschnittlichen Zinskosten für Städte, Gemeinden und Kantone deutlich gesunken. Sie haben alleine über Loanboox seit Plattform-Gründung vor vier Jahren 23.2 Millionen Franken durch Negativzinsen eingenommen. Das entspricht beispielsweise den Kosten für die obligatorische Schulzeit von 1’081 Schüler:innen – wir haben in unserem Blog bereits ausführlich darüber berichtet. Vor allem Gemeinden mit einer guten Bonität profitierten von dieser Entwicklung, so Andi Burri im Gespräch mit dem Heute Morgen Journal vom SRF.

Doch welche Gemeinden haben am meisten mit Negativzinsen verdient? Und wie nutzen sie dem Bund bei seiner Kapitalbeschaffung? Die Einzelheiten erfahren Sie im Radio-Beitrag.

SRF 1 Wirtschaft: Gemeinden profitieren von Negativzinsen

Beitrag anhören

Sie können das  Audio-File nicht anhören? Zum Nachlesen in Textform finden Sie den SRF-Beitrag hier.

“La nouvelle normalité”. Des solutions numériques pour les pandémies.

Was sind die grössten Herausforderungen für Treasurer auf dem Weg zurück in Zeit nach der COVID-19-Pandemie? In einer mehrteiligen, virtuellen Konferenz geht die Wirtschaftsprüfungsgesellschaft PwC dieser Frage auf den Grund und beleuchtet die verschiedenen Facetten dahinter. 

Gibt es eine neue “neue Normalität” mit COVID-19? Und wie verändert sie womöglich die Arbeit von Treasury-Mitarbeitenden? Experten aus internationalen Technologie-Unternehmen- und von Finanzdienstleistern teilen ihre Einschätzung beispielsweise zur Entwicklung von Steuer-Regulatorien, Green Finance oder Cypersicherheit.

Darüber hinaus geht es in der Webinar-Reihe um die Möglichkeiten digitaler Transformation und wie Finanzprozesse dadurch optimiert werden können. Für Loanboox ist Stefan Feller, Head Capital Markets/Bonds, dabei. Stichwort: Digital Treasury. 

Aktuelle Neuigkeiten zu Loanboox Blog Bild digitale Balken

Das klingt spannend? Dann registrieren Sie sich jetzt noch schnell noch für die Webinare am 01. und 08. Juni 2021 .

De l’argent pour plus de 1 000 élèves. Voici combien les communes ont gagné grâce aux intérêts négatifs.

Les communes et les villes suisses se trouvent dans une situation difficile: recettes fiscales imprévisibles, incertitude sur les coûts à long terme dus au Covid, et pour couronner le tout, des limites imposées par les banques sur les comptes d’épargne toujours plus faibles. La bonne nouvelle est que le recours à l’emprunt reste très intéressant pour les communes et les villes suisses: les taux d’intérêt négatifs lors d’emprunt à court terme leur ont permis de gagner 23.2 millions de francs, rien qu’au cours des quatre dernières années, via Loanboox. Ce montant équivaut au coût de scolarité obligatoire pour 1 081 élèves.

Les villes et les communes suisses luttent actuellement sur plusieurs fronts contre les effets de la crise du Covid. A long terme, cela se reflétera également dans leurs finances. C’est ce que confirme une récente enquête de l’Union des villes suisses et de PwC. À court terme, l’estimation des recettes fiscales constitue un véritable défi. Pour aggraver la situation, la plupart des banques ont abaissé les limites des montants exemptés de taux d’intérêt négatifs sur les comptes épargnes des communes. Conséquence: les communes ont moins de marge de manoeuvre et doivent planifier leurs liquidités de manière plus rigoureuse pour éviter les coûts. L’époque où les communes étaient récompensées par des intérêts pour avoir réussi à mettre de l’argent de côté est donc révolue.  

Mais il y a aussi des points positifs: depuis l’introduction des taux d’intérêt négatifs, les coûts moyens d’intérêt pour les communes et les villes ont considérablement diminué. C’est ce que confirme une étude menée par la Haute école spécialisée de Lucerne auprès de 238 communes.  Pour les prêts d’une durée inférieure ou égale à trois ans, les taux d’intérêt négatifs sont même couramment la norme. Les communes gagnent donc de l’argent en contractant des emprunts. 

Loanboox, la plateforme de financement leader pour les collectivités publiques, les grandes entreprises, les investisseurs institutionnels et les banques, a voulu savoir combien d’argent les institutions publiques, et donc le contribuable, gagnent grâce à la situation actuelle des taux d’intérêt.

Les données montrent que, depuis leur lancement il y a quatre ans, les communes, villes et cantons ont collecté 23.2 millions de francs suisses par le seul biais de Loanboox. Cela correspond, par exemple, aux coûts de scolarité obligatoire pour 1 081 élèves ou aux dépenses annuelles des communes ou cantons pour les infrastructures de transport public pour 65 000 personnes.

Revenus grâce aux taux d'intérêt négatifs

Quels sont les cantons qui en ont le plus profité jusqu’à présent ?

Les communes du canton de Zurich sont celles qui ont gagné le plus jusqu’à présent avec 4.2 millions de francs. En Suisse romande, il s’agit des communes du canton de Vaud avec 2.3 millions de francs gagnés. 

Il faut aussi regarder plus loin.

 «Les taux d’intérêt négatifs sont une opportunité intéressante pour la gestion de nos liquidités à court et moyen terme, mais nous devons aussi regarder plus loin. En ce sens, l’attractivité des taux actuels permet d’envisager une baisse significative de nos charges d’intérêts sur 10 ou 15 ans. » explique Virgile André, Chef du service des finances et comptabilité de la Ville de Versoix.

Le monde sous le choc du Covid-19 – The Big Picture Special avec Mark Dittli

Le monde sous le choc du Covid-19 – The Big Picture Special avec Mark Dittli

Wie bewältigt die Welt – und vor allem die Schweiz – den Covid-19-Schock? Wie gross ist der wirtschaftliche Schaden? Diese Fragen standen im Mittelpunkt einer spannenden, virtuellen Loanboox-Talkrunde mit Wirtschaftsjournalist und “The Market”-Chefredakteur Mark Dittli. 

Das Balkendiagramm macht es deutlich: 2020 war für die meisten Länder in konjunktureller Hinsicht eine Katastrophe. Ein einziger, roter Balken in der Jahresübersicht zeigt steil nach unten. Auf einer anderen Präsentations-Slide schillert eine Heatmap in Gelb-, Rot- und Grün-Tönen. Auf ihr kann man im weltweiten Vergleich erkennen, wie weit die wirtschaftliche Erholung in den einzelnen Ländern schon fortgeschritten ist – oder eben nicht. “The Market”-Chefredakteur Mark Dittli erläutert die Einzelheiten und Hintergründe dazu so logisch und nachvollziehbar, dass es einfach Spass macht, seinen Ausführungen zu folgen.

Umfassendes Markt-Wissen kompakt verpackt

Der Wirtschafts-Journalist beleuchtet in seinem 20-minütigen Vortrag, wie sich der rasante Zinsanstieg in den USA auf die Märkte und insbesondere auf die Schweiz auswirken wird. Er nimmt Wirtschafts- und Industrie-Zweige unter die Lupe, die nach dem Covid-19-Schock am schnellsten wieder auf die Beine gekommen sind. Dabei legt Dittli besonderes Augenmerk auf die Investoren-Sicht. Wie sehr er damit dem Nerv der Teilnehmer getroffen hat, zeigt die intensive Fragerunde im Anschluss. Alles in allem ein gelungener Auftakt für eine spannende Experten-Talk-Reihe.

Neugierig geworden? Hier können Sie sich Mark Dittlis Vortrag anschauen.

YouTube

En téléchargeant la vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

Weitere Experten-Gespräche und Einschätzungen zu Themen rund um Wirtschaft, Finanzmärkte und Digitalisierung finden Sie hier.